Retour sur pleinchamp.com

[Innov-agri] Pâturage tournant dynamique : tout sauf la roue de la fortune

11/09/2017

Produire autant de matière sèche qu’un maïs, pâturer toute l’année, économiser voire supprimer le concentré, améliorer les performances du troupeau et de l’exploitation : c’est la formule gagnante – à tous les coups - du pâturage tournant dynamique. La technique consiste à faire pâturer les ruminants entre une demi-journée et trois jours grand maximum dans des paddocks délimités par des clôtures électriques. Les animaux broutent le limbe des graminées et seulement le limbe, autrement dit ce qui a le plus de valeur alimentaire, sans pénaliser leur capacité d’ingestion et sans entamer la capacité de repousse de l’herbe. Les fondements du pâturage tournant dynamique ont été posés par André Voisin il y a exactement 60 ans, dans son ouvrage « La productivité de l’herbe ». L’agronome français a inspiré tous les grands pays herbagers à travers le monde à l’exception... de la France, qui a misé sur le maïs, le soja, l’azote, la phosphore, le potassium. Les grandes lignes du pâturage tournant dynamique par Carole Mérienne, technicienne bovins viande à la Chambre d’agriculture de Haute-Garonne et à Elvea 31, l’association des éleveurs de Haute-Garonne.

Commentaires

0

Pour réagir à cette vidéo, merci de vous identifier